Mother, de Joon-Ho Bong (2009)

3062010

Image de prévisualisation YouTube

Mother est un film incroyable. J’en suis sorti complètement remué. D’une justesse quasi constante, d’une intensité croissante, avec des acteurs toujours justes… Il s’agit en fait d’une oeuvre sur l’amour maternel, dans toute sa grandeur décadente, dans toute ses forces contradictoires, à la fois destructrices et protectrices. L’histoire gravite autour d’une mère et de son fils attardé au visage d’ange, le nommé Do-Joon. Leur relation est incestueuse, étouffante… Le film est en fait séparé en quatre parties qui ne disent pas leur nom. Do-Joon, le fils attardé, est au centre de la première. On le voit errer dans la société, naturellement rejeté par les autres, incapable de communiquer et de saisirs les jeux sociaux les plus simple, faible et donc à la merci de tous.

Un matin, une jeune fille aux moeurs facile est retrouvée morte. C’est Do-Joon, naturellement, qui est accusé… La deuxième partie débute : la narration ce recentre sur le combat désespéré de la mère, qui met toute son énergie pour découvrir le véritable coupable, puisqu’il est évident que son fils est une nouvelle fois le bouc émissaire d’une société lâche. Puis un nouveau glissement a lieu : à travers les yeux de la mère, le spectateur devient voyeur, et observe cette société en perdition, incarnée par des jeunes largués et sans scrupules qui s’entredéchirent pour obtenir le portable de la victime, qui prenait en photo les nombreux hommes avec qui elle couchait… et donc parmi eux certainement son assassin.

Au fur et à mesure, le film glisse dans le malsain, se fait violent, dérangeant, parfois insoutenable. Et ce jusqu’à un dénouement d’une ironie fantastique, qu’il serait criminel de dévoiler ici, et qui introduit une dernière partie, celle où la vérité est enfin faite… tout du moins pour le spectateur, la société demeurant désespérément aveugle. Pour résumer : Une oeuvre d’art totale, dans ce qu’elle met a nu, dans toute leur sordide splendeur, les mécanismes à la fois intimes et sociaux, qui ne sont qu’un.







REBORN-COEUR DE PITCHOUNE |
tremplins2010 |
peinture murale |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Dicisbat's space
| Design et architecture en A...
| Un monde de maux.. un monde...